Elisabeth Blanchet

This is my photo-blog diary, photos I have taken or I like, short films and words. If you want to see more, please check my website : http://www.elisabethblanchet.com/
Nostalgia for Romania

Nostalgia for Romania

Prefab Homes in The Spectator

Last Spring, on a Saturday afternoon, writer Andrew Barrow came to the Prefab Museum with his son. They both stayed for a while and we all sat down, had food and drinks in the garden with the other visitors. Andrew asked me to send him a copy of Prefab Homes when it would come out to review it. And here it goes: http://www.spectator.co.uk/books/9341412/prefab-homes-by-elisabeth-blanchet-review/
When he left the Prefab Museum, he said that we should keep this place as it is, still a bit secret! Thanks so much for the review and for visiting the Prefab Museum. Elisabeth
When the prefab was posh
specc.ie
Sir Winston Churchill did not invent the prefab, but on 26 March 1944 he made an important broadcast promising to manufacture half a million of them to ease the new…

Retour à Bogdanesti, l’autre orphelinat où Action Orphelins avait travaillé. Je retrouve le directeur avec grand plaisir.

Retour à Bogdanesti, l’autre orphelinat où Action Orphelins avait travaillé. Je retrouve le directeur avec grand plaisir.

Chez Adriana, qui vit avec ses trois enfants Bianca, Gabriela et Ionut dans un logement social du centre de Iasi

Chez Adriana, qui vit avec ses trois enfants Bianca, Gabriela et Ionut dans un logement social du centre de Iasi

Gabriela au milieu des années 90 quand elle avait une dizaine d’années à la Casa de copii de Popricani. Parmi ceux qui l’entourent : Elena, Ionel, Roxana, Daniela, Ramona, Carmen (décédée en 1996 de négligence médicale). 

Gabriela et son bébé de 6 mois, Gabriel. Elle a aussi un fils de 5 ans, Denis. Gabriela se souvient de beaucoup de jeunes de Popricani. On regarde de vielles photos, c’est très émouvant

Perdue dans le bar de Popricani à l’heure de pointe!

Perdue dans le bar de Popricani à l’heure de pointe!

Paul et Petru nous emmènent faire un tour au bout du village… C’est la vue que je préfère de Popricani: une grande plaine à perte de vue vers le Nord. Au retour, passage obligé par le bar (un des bars…)